22-23-25 juillet 2019 à 17h - Péniche Vinotage

J'APPELLE MES FRERES

de Jonas Hassen Khemiri

(Editions Théâtrales)

traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy

Mise en scène de Floriane Delahousse

avec Syan Luka, Lionel Correcher, Marina de Munk, Floriane Delahousse

 

Régie : Milan Denis Musique : Matteo Péron & Laurent Labruyère Photographies : Alex Trinh

L’Histoire

Suite à l’explosion d’une voiture au milieu du centre commercial de la ville, acte probablement terroriste, Amor reçoit des appels téléphoniques de ses proches. Chaque échange influencera son chemin intérieur. Doit-il se cacher pour prouver son innocence ou au contraire rester en lumière ? Est-ce que paraître normal suffirait ? Auprès de qui doit-il plaider non coupable ?

Ses pensées contradictoires se confondent et l’entraînent dans une paranoïa sans fin. 

C’est après les attentats de 2010 dans le centre commercial de Stockholm que Jonas Hassen Khemiri écrit J’appelle mes frères. Deux explosions ont retenti au coeur de la ville, ne faisant qu’une seule victime, le poseur de bombes, un citoyen suédois né en Irak. Jonas Hassen Khemiri, auteur contemporain, suédois d’origine tunisienne nous plonge au coeur des questions d’identité et d’intégration grâce à un texte émouvant et actuel.

 

NOTE DE MISE EN SCÈNE

 

Des univers parallèles

 

J’ai décidé de travailler la mise en scène en abordant différents univers : la réalité, l’imaginaire, et la rencontre de ces deux univers.

Quatre acteurs racontent l’histoire d’Amor, ils interprètent différents personnages pendant le récit. Leur présence vient perturber Amor et on s’aperçoit que c’est le regard qu’il porte sur eux et sur sa propre ima-ge qui le plongera dans la paranoïa.

Les espaces de temps et de lieux sont bouleversés. par des flashbacks. J’ai alors recréé ces espaces directement sur le plateau à l’aide de la disposition du décor et de la lumière scènique. 

J’ai également pu travailler sur une forme quadrifrontale et immersive. Ce qui apporte un plus à la pièce lorsqu’il est question de paranoïa et d’inclure le public. 

Les acteurs travaillent sur plusieurs adresses, certaines scènes brisent le quatrième mur, d’autres non. 

La mise en scène est sobre, le public est face à une partie de l’appartement d’Amor : fauteuil, portemanteau, lampe et quelques affaires à même le sol. Amor est seul et se sent seul, cet espace est donc rarement partagé avec les autres personnages. Il est isolé. Cependant, il arrivera qu’ils lui rendent visite, souvent pour lui rappeler un souvenir bref, avant de le laisser reprendre le cours de l’histoire fragile de la rencontre qu’il vient de faire. 

J’ai également mis en place un espace spécifique aux nombreux appels téléphoniques qu’il recevra tout au long de la pièce, représentés et joués avec un micro à pied. 

Et enfin il y a l’espace dédié aux amplificateurs de voix, celles d’Amor. Ils représentent les pensées et sentiments d’Amor et l’accompagnent dans cette journée post-attentat. 

 

Florian Delahousse

 

JONAS HASSEN KHEMIRI

 

est né à Stockholm en 1978 d’un père tunisien et d’une mère suédoise. Très tôt, à seulement 25 ans, il est reconnu comme l’un des auteurs suédois les plus importants de sa génération grâce à ses deux premiers romans Ett öga rött et Montecore un tigre unique.

Il commence l’écriture théâtrale en 2006 avec la pièce Invasion. Arrivent par la suite Nous qui sommes cent et J‘appelle mes frères dans lesquels Jonas Hassen Khemiri creuse des thématiques précises, telles que l’immigration, le langage ou encore la recherche identitaire… Il reçoit de nombreux prix en Suède, mais également aux États-Unis, et ses pièces sont jouées et traduites dans de nombreux pays d’Europe. Jonas Hassen Khemiri est représenté par l’agence Althéa. Il est édité notamment aux Éditions Théâtrales.

FLORIANE DELAHOUSSE

 

Sortie de la formation comédie à l’école la Générale en juin 2017 elle a joué sous la direction d’Eric Verdin (Les Effracteurs, de José Pliya), de Daniel Martin (Pièces d’Hanokh Levin), d’Anne Bouvier, de Caroline Archambault, d’Elodie Chanut…

Elle suit la formation de comédie musicale Musidrama et assiste son fondateur Samuel Sené. Elle joue Casilda dans Ruy Blas, mis en scène par Roch Antoine Albaladejo, à partir de juillet 2018.

Floriane crée J’appelle mes frères dans le cadre d’un projet à l’école La Générale et commence ainsi son travail de metteur en scène. 

Floriane se forme également au Conservatoire de sa ville pour pratiquer le piano et prend des cours de danse modern jazz et hip hop.

En plus de la mise en scène, elle interprète les rôles de Karolina et Valeria dans J’appelle mes frères.

Télécharger
J'appelle mes frères dossierv11.pdf
Document Adobe Acrobat 9.8 MB

PARTENAIRES

 

Production : A2R Compagnie

Soutiens : La Générale 

Le Secret 

Créart’up (Lauréats 2018/2019)